• Accueil
  • > Molières 2009
  • > Journal à quatre mains de Flora et Benoîte Groult – Au Théâtre de Poche jusqu’au 28 juin – Aude Briant Molière de la révélation théâtrale par Sophie Thirion

Journal à quatre mains de Flora et Benoîte Groult – Au Théâtre de Poche jusqu’au 28 juin – Aude Briant Molière de la révélation théâtrale par Sophie Thirion

Posté par angelique lagarde le 26 avril 2009

journal4mains.png

Journal à quatre mains © Lot

Aude Briant a reçu le Molière de la révélation théâtrale féminine. 

Journal à quatre mains
De Flora et Benoîte Groult

Adaptation Lisa Schuster
Mise en scène Panchika Velez
Avec Aude Briant et Lisa Schuster
Au Théâtre de Poche jusqu’au 28 juin

De 1940 à 1945, deux sœurs tiennent leur journal intime, qui nous est livré ici dans une mise en scène séduisante. Dans l’intimité du théâtre de Poche, une chambre de jeunes filles, une lumière tamisée, deux lits accolés occupant le centre, lieu de confidences, de rires et de larmes, d’excitation et d’ennui.

Mai 1940. Flora, 14 ans, et Benoîte, 19 ans, vivent dans un Paris en guerre, qui va subir la défaite, l’occupation et la libération. Deux jeunes femmes issues de la bourgeoisie éclairée, l’une artiste et romantique, l’autre studieuse et gauche en matière d’amour, qui nous livrent leurs expériences de confrontation avec la gente masculine avec un humour d’une légèreté admirable, et des formulations susceptibles de toucher n’importe quelle femme, conférant à l’œuvre son universalité. Deux personnalités apparemment opposées, mais qui en réalité se complètent et déteignent l’une sur l’autre, l’une empruntant à l’autre son romantisme, l’autre son désir de mariage. La temporalité de la pièce est propice au thème abordé : un journal sur cinq années, aux âges de 14 et 19 ans, permet de raconter toute la période transitoire durant laquelle une jeune fille devient une femme.

Le roman contenait déjà une originalité dans son écriture, celle de se présenter sous la forme d’un journal intime écrit à quatre mains, par les sœurs Groult. La pièce, qui reprend des extraits de ce roman, respecte le ton adopté en nous offrant une mise en scène qui nous plonge dans cette atmosphère de confidences, de confessions où l’insouciance jouxte la gravité avec un naturel émouvant, parfois désopilant.

Ces textes d’une fraîcheur délicieuse sont interprétés de façon admirable par Lisa Schutser et Aude Briant. Chacune épouse son rôle naturellement, dans la lignée prise par les écrivains, de susciter le rire en même temps que de marquer les débuts d’un féminisme qui connaîtra son apogée quelques années plus tard.

Les costumes, réalisés par Marie-Christine Franc, collent aux personnages, reflétant en même temps leurs ressemblances et leurs dissemblances. Dans le ton de l’époque abordée, ils reflètent à la fois la stricte mise d’usage et la frivolité recherchée par les jeunes femmes chez qui l’on devine un profond désir d’émancipation. On devine dans ce travail une équipe unie et compétente, à même d’exprimer sur scène les composantes du roman.

En résulte un travail réussi et, pour le spectateur, un spectacle agréable, un moment d’évasion, de rires, et le plaisir de se faire emporter par un texte de qualité, et une interprétation qui sait mettre en valeur ce dernier.

Sophie Thirion

Théâtre de Poche
75, boulevard de Montparnasse
75006 Paris
Métro Montparnasse
Réservations au 01 45 48 92 97

Retrouvez cet article et une fine sélection de l’actualité culturelle sur www.artistikrezo.com

 

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS