• Accueil
  • > Danse
  • > Gardenia – Mise en scène d’Alain Platel et Frank Van Laecke par Angélique Lagarde

Gardenia – Mise en scène d’Alain Platel et Frank Van Laecke par Angélique Lagarde

Posté par angelique lagarde le 18 novembre 2010

Upload image

Gardenia
Basé sur une idée de Vanessa Van Durme
Mise en scène d’Alain Platel et Frank Van Laecke

Créé et joué par Vanessa Van Durme, Griet Debacker, Timur Magomedgadzjeyev, Andrea De Laet, Richard « Tootsie » Dierick, Danilo Povolo, Gerrit Becker, Dirk Van Vaerenbergh et Rudy Suwyns.
Au Théâtre National de Chaillot jusqu’au 27 novembre

Le dimanche 21 novembre bénéficiez d’un tarif exceptionnel de 24€

Pour bénéficier de l’offre, il vous suffit de réserver directement au Théâtre National de Chaillot de la part de Kourandart au 01 53 65 30 00 et de vous munir de cet article imprimé le jour de la représentation.

Platel rend son véritable hommage à Pina, sublime et dérisoire

Dernières heures d’un cabaret perdu, instants volés, perdus, retrouvés avant la chute définitive du rideau, Gardenia est une façon de saisir l’insaisissable. Et si l’on s’écarte un peu du premier plan, de la griffe du metteur en scène Frank Van Laecke, c’est probablement le véritable hommage du chorégraphe à Pina Bausch.

Pour aborder cette proposition, il faut impérativement présenter sa distribution composée de neufs interprètes plus déroutants les uns que les autres. La comédienne transexuelle Vanessa Van Durme que le public français a découverte et acclamée dans Regarde maman, je danse, son autobiographie théâtralisée, est à l’origine de cette création. Pour constituer l’âme de ce cabaret des souvenirs, elle a choisi de s’entourer de Griet Debacker une artiste à la voix stupéfiante, Timur Magomedgadzhiev, un jeune prodige russe de la danse et six camarades de jeu, travestis ou transexuels âgés de 55 à 65 ans. Le metteur en scène Franck Van Laecke et le chorégraphe Alain Platel ont accepté de donner corps et danse à la folie de ce dernier acte !

Quatre chaises de chaque côté face à face et une, en fond de scène, chacun(e) peut prendre sa place. Le parquet lustré du dernier salon où l’on danse est prêt à accueillir nos reines de la nuit. La troublante Vanessa de sa voix rocailleuse d’outre-tombe entonne Over the rainbow devenu symbole même de l’enfance par l’interprétation de Judy Garland dans Le Magicien d’Oz. Le titre est repris en cœur par ses camarades comme un pied de nez au temps qui passe. Puis une minute de silence debout est demandée en hommage au dernier souffle du cabaret Gardenia, et le public déjà conquis, s’exécute ! Le spectacle peut alors commencer et très vite la nostalgie se teinte d’humour lorsque nos interprètes paradent dans leurs costumes de lumière invoquant les fantômes de leurs idoles de Dalida à Liza Minelli à sa grande époque en passant par Greta Garbo.

Il y aura beaucoup d’émotion, énormément de surprises, mais on dansera peu, mis à part notre jeune prodige venu de l’Oural notamment sur le très juste Comme ils disent dans une parfaite alliance de virtuosité et de dérision. Et pourtant Pina sera partout, à croire que Monsieur Platel n’avait pas clos son adieu à Madame Bausch dans Out of context, for Pina. Elle sera là dans ces corps cassés et sublimés qui nous rappellent celui de son ami de toujours, Raimund Hoghe. Elle sera là dans la reprise magistrale de La Paloma par Griet Debacker, la chanson récurrente du film de Pedro Almodovar Parle avec Elle qui débute par un ballet de la chorégraphe. Elle sera là tout simplement dans ce spectacle qui se révèle un superbe pastiche de son Tanztheater.

Cela ne fait aucun doute, Vanessa Van Durme est une dame et une grande. Beaucoup plus qu’une chorégraphie,  Alain Platel a dessiné un très bel hommage, à Pina, à la vie, à l’autre, à la singularité. La mise en scène de Frank Van Laecke apporte la théâtralité nécessaire à ce moment d’émotion que nous offrent ces belles âmes de la scène en faisant surgir la vérité au cœur de la mascarade. 

Angélique Lagarde

Musique : Steven Prengels
Scénographie : Paul Gallis
Costumes :  Yan Tax, Marie « costume » Lauwers
Lumières : Kurt Lefevre
Son : Sam Serruys

Théâtre National de Chaillot
1, Place du Trocadéro
75016 Paris
Réservations : 01 53 65 30 00
Site : www.theatre-chaillot.fr

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS