• Accueil
  • > Arts du Cirque
  • > Les utopies du masque sur les scènes européennes du XXe siècle par Guy Freixe aux Editions de l’Entretemps par Irène Sadowska Guillon

Les utopies du masque sur les scènes européennes du XXe siècle par Guy Freixe aux Editions de l’Entretemps par Irène Sadowska Guillon

Posté par angelique lagarde le 24 mars 2011

Hebergeur d'image

Les utopies du masque sur les scènes européennes du XXe siècle
Par Guy Freixe

Editions de l’Entretemps, série « les voies de l’acteur »

Pouvoirs et limites du masque 

Banni des scènes de théâtre au XVIIIe siècle qui sont tournées vers la nature et la psychologie, ce n’est qu’à la fin du XIXe  que le masque retrouve ses lettres de noblesse pour devenir une source d’utopies théâtrales génératrices de nouvelles voies pour la pratique scénique et le jeu d’acteur. A travers une approche plurielle : esthétique, éthique, sociologique, philosophique, Guy Freixe interroge les apports et les limites du masque et tente d’élucider les raisons de sa faible présence sur la scène aujourd’hui.

 

Se limitant aux scènes européennes, Guy Freixe analyse les divers aspects de l’usage du masque en les mettant en perspective des explorations de ses potentiels par de grands créateurs, rénovateurs du théâtre, depuis Gordon Craig en passant par Vsevolod Meyerhold, Jacques Copeau, Jean-Louis Barrault, Benno Besson, Ariane Mnouchkine, Giorgio Strehler… Prenant le parti de parler non pas du masque concept mais des masques objets concrets, il dégage les enjeux principaux de leur utilisation dans les expériences rénovatrices de la scène ainsi que les filiations et des lignes de rupture entre elles.

Metteur en scène et pédagogue, Guy Freixe, formé à l’Ecole Lecoq, travaille entre 1981 et 1988 comme comédien au Théâtre du Soleil où il participe aux créations des « Shakespeare » et de L’histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk roi du Cambodge. En 1988 il fonde sa propre compagnie. Parallèlement à sa pratique scénique il poursuit des recherches pour sa thèse de Doctorat sur la problématique du masque à la scène qu’il soutient en 2005. Il enseigne actuellement à l’Institut International de la Marionnette à Charleville Mézières et dans le département Arts du spectacle à l’Université de Picardie. Son ouvrage Les utopies du masque sur les scènes européennes au XXe siècle rassemble son expérience pratique et ses recherches sur le masque qui, écarté des scènes au XVIIIe, suscite dès la fin du XIXe un engouement sans précédent chez les créateurs rénovateurs du théâtre.

Le recours au masque sous ses diverses formes,  abstraite, grotesque, sacrée, épique permettait de se dégager du naturalisme et ouvrait en même temps de nouvelles voies à la pratique scénique. Guy Freixe interroge le statut du masque, peu présent sur la scène actuelle, à travers sa mise en perspective des expériences les plus fécondes de son utilisation au cours du XXe siècle.Quels étaient les enjeux esthétiques et éthiques de ces expériences ? Quelles filiations et lignes de rupture peut-on dégager entre ces divers usages du masque ? Pourquoi aujourd’hui le masque, face aux exigences du texte, laisse-t-il la place au simple maquillage ? Le recours au masque a permis au metteur en scène d’affirmer son écriture scénique. Il a été l’instrument de la dénaturalisation du corps de l’acteur et a constitué un appui conceptuel pour une nouvelle écriture dramatique, par exemple chez Brecht où l’éthique collective est opposée à l’ego tout puissant.

Hebergeur d'image

Guy Freixe met l’accent, en première partie de l’ouvrage, sur l’apport de Gordon Craig au retour du masque sur la scène et sur ses influences. Il analyse ensuite le masque comme projecteur des formes, son potentiel subversif, le masque qui s’étend sur le corps tout entier, le « masque sauvage » des dadaïstes, ses formes abstraites sur la scène du Bauhaus, ou encore la spiritualité des masques d’Oskar Schlemmer. Entre la convention et la stylisation dans le jeu de l’acteur, le masque ne cesse de se transcender. Ainsi, au-delà du masque lui-même, le principe du masque s’étend-t-il à l’écriture. Ressourcé dans la Commedia dell’arte et en prise avec la société il célèbre l’esprit du peuple. Jacques Copeau qui introduit le masque à l’Ecole du Vieux Colombier explore sa capacité d’expression de l’être humain, sa force poétique et ses potentialités pour renouveler la comédie. Mais il ouvre surtout de nouvelles voies, parfois contradictoires, qu’emprunteront ses descendants comme Jean Dasté, Charles Dullin ou Etienne Decroux qui concentre sa recherche sur l’art du mime corporel.

L’auteur situe l’âge d’or du masque dans la période de l’après-guerre jusqu’aux années 1970 en Italie avec la renaissance du masque de la Commedia dell’arte et son apport à la formation de l’acteur créateur. En France, le masque retrouve ses lettres de noblesse dans les spectacles du Théâtre du Soleil. Avec le retour des metteurs en scène au texte et le renouveau de l’écriture dramatique, le masque perd du terrain et cède souvent la place au maquillage ou à la cagoule. Il sera sauvé par sa capacité originaire de porter la sacralité du théâtre et par l’apport des traditions orientales. Parmi les raisons du retrait du masque de la scène aujourd’hui Guy Freixe indique entre autres, la perte du sacré, l’éloignement de l’humain, mais le masque reste cependant « un outil magistral pour donner accès au théâtre et rompre les spécificités ».

Cette excellente approche des divers types et fonctions du masque est suivie de nombreux entretiens et de textes de créateurs qui ont utilisé le masque dans leur travail théâtral comme Jean Dasté, Etienne Decroux, Jean Louis Barrault, Jacques Lecoq, Feruccio Soleri, Donato Sartori, Mario Gonzales, Giorgio Strehler, Gordon Craig, etc…Une très riche iconographie et une bibliographie complètent cet ouvrage dont l’apport à la connaissance du masque et du rôle qu’il a ajouté dans la création théâtrale du XXe siècle est indéniable.

Irène Sadowska Guillon

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS