Teatro a Corte édition 2014 par Angélique Lagarde

Posté par angelique lagarde le 1 août 2014

Muualla / Elsewhere / Ilona Jäntti © Benoit Fortrye

Ilona Jäntti © Benoit Fortrye

Teatro a Corte
Le théâtre européen dans les demeures royales du Piémont
A Turin et dans les châteaux d’Agliè, Racconigi, Rivoli et de la Venaria Reale
Du 17 juillet au 3 août 2014

Turin, vitrine de la création européenne

L’édition 2014 du festival Teatro a Corte se tient en ce moment-même à Turin et au cœur des demeures royales du Piémont. Comme chaque année, son directeur Beppe Navello et son équipe fidèle ont composé un programme de qualité reflétant la diversité de la scène européenne avec pour cette édition une focus sur la Finlande. Le festival étant réparti sur trois week-ends, nous avons eu la chance d’assister à la programmation du second incluant des spectacles diffusés pour la première fois en Italie et des créations in situ, particularité réjouissante du festival. Nous avons été surpris par la recrudescence de l’élément aquatique et de l’utilisation de la vidéo. Nous vous proposons de découvrir les onze propositions auxquelles nous avons pu assister. Notre faveur sur cette édition va à la circassienne déjà repérée l’an passé, Ilona Jäntti. Pour découvrir à la fois des lieux d’exceptions et une fine sélection de la richesse créative européenne, nous vous encourageons à vivre cette escapade turinoise lors de ce dernier week-end du 1er au 3 août. Et pour ceux qui n’auraient pas la chance de s’y rendre cet été, pensez à réserver pour l’année prochaine, vous ne regretterez pas votre séjour !

Scarti / Onda Teatro – T.ùrbano © Benoit Fortrye

Scarti / Onda Teatro – T.ùrbano © Benoit Fortrye

Scarti / Onda Teatro – T.ùrbano / Théâtre

Chorégraphie écologique

Le T.ùrbano est le nom de l’atelier de recherche de la compagnie italienne Onda Teatro et Scarti sa dernière création. Initialement, cette œuvre fut conçue comme un spectacle de rue, cependant les conditions météorologiques ont contraint les artistes à nous le présenter en salle. Nous avons donc assisté à cette représentation avec l’indulgence requise en considération de ce changement de lieu et de la fraîcheur de cette création. Scarti signifie déchets, titre qui résume la thématique de ce travail, une prise de conscience écologique. De jeunes gens forment une chorale qui scande et chorégraphie les crimes du quotidien que nous faisons subir à notre planète avec de simples papiers journaux comme supports à cette allégorie réussie.

Plus d’informations : www.ondateatro.it

alpo2  Deep / Alpo Aaltokoski Company © Benoit Fortrye

Deep / Alpo Aaltokoski Company © Benoit Fortrye

Deep et Together / Alpo Aaltokoski Company / Danse

Le finlandais Alpo Aaltokoski a présenté deux chorégraphies : Deep un solo dont il est le protagoniste ou plutôt l’objet et Together un duo des deux danseurs Ahto Koskitalo et Jouni Majaniemi.

Créature performative

Alpo Aaltokoski a des capacités corporelles hors du commun, il déploie son squelette pour se métamorphoser en improbable créature. Sa recherche approfondie des possibilités du corps humain, et du sien en l‘occurrence est stupéfiante. En revanche, si cette démonstration est extraordinaire au premier sens du terme, elle n’en constitue pas pour autant un acte spectaculaire. La création numérique qui s’ajoute à son solo n’en est que la reproduction et intéresserait probablement un programmateur curieux de son travail, mais ne semble pas s’adresser à un spectateur. Quel bonheur ce serait de le voir prêter son talent à une chorégraphie réaliser par des artistes tels qu’Akram Kahn ou encore Peeping Tom, à bon entendeur…

Together / Alpo Aaltokoski Company © Benoit Fortrye

Together / Alpo Aaltokoski Company © Benoit Fortrye

Langueur virtuose

Dans cette chorégraphie, Alpo Aaltokoski ne danse pas, mais emploi deux excellents danseurs de sa compagnie, Ahto Koskitalo et Jouni Majaniemi. La précision du mouvement n’a d’égal que la quête d’un esthétisme parfait, or la narration en est délaissée. La communication que tente d’établir les deux protagonistes semble ardue, aussi ardu qu’il l’est pour le sens de passer la rampe. Les cinquante minutes s’étirent, s’étirent… Encore une fois quel dommage que la virtuosité ne soit pas reliée à la dramaturgie !

Plus d’informations : www.aaltokoskicompany.fi

Pinta / Surface / WHS et Zerogravity Company © Benoit Fortrye

Pinta / Surface / WHS et Zerogravity Company © Benoit Fortrye

Pinta / Surface / WHS et Zerogravity Company / Nouveau Cirque

La jeune fille à la corde

Ce titre pourrait être celui d’un poème et en effet, c’est une poésie visuelle que nous offre l’artiste finlandaise Salla Hakanpää. Dans ce solo à la corde, l’un des agrès phare du cirque contemporain, outre sa dextérité à se mouvoir en équilibre, la jeune femme fait preuve d‘originalité en invoquant l’élément aquatique. L’origine de ce projet était de présenter l’œuvre en piscine afin que l’artiste soit véritablement en immersion, or ici elle crée un petit bassin d’eau dans lequel son corps se reflète pour finir sous une pluie intense. Si l’on regrette un peu l’envergure plus acrobatique que gracieuse de l’interprète, nous saluerons en revanche la pertinence avec laquelle elle utilise la vidéo, pour nous plonger littéralement dans son œuvre. Une artiste à suivre.

Plus d’informations : www.zerogravitycompany.com

Boia / Ateliersi © Benoit Fortrye

Boia / Ateliersi © Benoit Fortrye

Boia / Ateliersi

Concert de graffitis

Le collectif Ateliersi a accepté de se prêter au jeu de la création in situ et de transposer son travail dans les sublimes jardins de la Venaria Reale, un concert de graffitis recueillis sur les murs de Bologne scandés au public dans cet écrin de verdure. En effet, si la démarche du collectif aurait fait sens en milieu urbain, le passant interpelé pouvant se joindre ou non au public, ici, sa fonction démocratique perdait un peu sens face à une rangée  de spectateurs attentifs et averti de ce qu’il allait entendre. La proposition d’autre part était étonnement statique au regard du mouvement de révolte dont les artistes se réclament. La traduction simultanée en revanche de l’italien à l’anglais apportait en revanche une dimension internationale intéressante. Une belle démarche, mais un goût d’inachevé.

Plus d’informations : www.ateliersi.it

senza_tempo

Lazurd, viaje a travès del agua / Compagnie Senza Tempo

Lazurd, viaje a travès del agua / Compagnie Senza Tempo / Danse-Théâtre  

Que d’eau, que d’eau !

La compagnie Senza Tempo s’illustre en Espagne comme représentative du mouvement Danse-Théâtre. Toujours au château de la Venaria Reale, nous étions tout prêts à nous laisser emmener dans ce voyage à travers l’eau. La scène d’exposition d’une grande poésie représente l’exil d’une famille se déplaçant sur des chaises pour ne pas tomber dans le néant, pour se hisser jusqu’au point le plus haut, tandis qu’à l’avant-scène, une femme campe la bourgeoisie qui s’ennuie. Bien entendu, les deux univers se rencontrent sur fond de musique tsigane et alors que nous attendons l’explosion joyeuse, nous n’assistons qu’à des clapotis. L’eau envahie petit à petit tout le plateau, les interprètes y font tour à tour de belles figures dénuées de sens, gesticulent mais ne ne disent mot, aussi nous sommes un peu perdus quand le corps ne traduit pas plus que la bouche les intentions des protagonistes. Probablement étions-nous dans le rêve d’une bourgeoisie désireuse de connaître la vie de plus près, de la toucher, propos intéressant mais malheureusement, parmi toutes ces gesticulations… noyé !

Plus d’informations : www.agente129.com/fr/artistes/cia-senza-tempo

Red Buses

Red Buses

Red Buses et Birgir / Helena Jonsdottir / vidéos de danse

La chorégraphe islandaise Helena Jonsdottir nous a présenté ses dernières créations vidéos, Red Buses et Birgir. Il était intéressant d’y assister au cœur du Château de Rivoli qui se révèle être un des hauts lieux de l’art contemporain du Piémont. La première présente une jeune femme perdue à la poursuite d’elle-même les rues d’un village islandais, la seconde, un homme qui semble en état de transe face à l’océan. Si nous n’avons pas été convaincus par son travail vidéo, nous aurions été curieux de découvrir in vivo son travail de chorégraphe, étant reconnue en Islande comme une référence en danse contemporaine.

Plus d’informations : www.this.is/helena/

TheRain © MaxBrouwers

The Rain / Pontus Lidberg © Max Brouwers

The Rain / Pontus Lidberg / Vidéo de danse

Cette très belle réalisation du chorégraphe suédois Pontus Lidberg invite le spectateur à partager l’intimité de trois protagonistes, excellents danseurs de surcroît, reliés par la pluie. Intenses, sensuels et poétiques, les parcours de ces êtres se croisent et se décroisent. La particularité de cette œuvre est de faire tomber la pluie sur chaque geste du quotidien, en extérieur comme en intérieur. Cette proposition réellement originale nous a offert une jolie bulle de fraîcheur et a su parfaitement trouver sa place au cœur du château de Rivoli, temple de l’art contemporain.

Découvrir la bande annonce du film : www.lidberg.se/therain/trailer.html

Ilona Jäntti © Benoit Fortrye

Muualla / Elsewhere / Ilona Jäntti © Benoit Fortrye

Muualla / Elsewhere / Ilona Jäntti / Nouveau Cirque

Ilona Jäntti, le joyau de la vitrine finlandaise

La Finlande a l’honneur cette année peut se féliciter de sa jeune acrobate et chorégraphe, Ilona Jäntti. Nous l’avions découverte l’an passé progressant dans les arbres des jardins du Château de Racconigi accompagnée de la violoncelliste, Stefania Riffero et déjà l’exercice de la création in situ était réussi. Cette fois-ci c’est pour une salle du château de Rivoli, au milieu des œuvres d’art contemporain qu’elle a déplacé sa nouvelle création Muualla / Elsewhere. Avec la collaboration de Tuula Jeker, elle a créée une chorégraphie aérienne au cœur d’un dispositif numérique très convaincante. Ainsi, cirque, danse et vidéo crée une passerelle entre le virtuel et le virtuose pour donner naissance à ce travail exemplaire de création in situ ! 

Plus d’informations : www.ilmatila.com

Silence Encombrant / Compagnie Kumulus © Benoit Fortrye

Silence Encombrant / Compagnie Kumulus © Benoit Fortrye

Silence Encombrant / Compagnie Kumulus / Théâtre de rue

Le bal des exclus

Dans les jardins du château de Rivoli, de nouveau la préoccupation sociétale anima la dernière représentation de notre week-end, le fameux Silence encombrant de la compagnie Kumulus. Très lentement une succession d’âmes errantes déballent les objets inutiles indispensables à leurs tristes quotidiens faits de fantasmes d’une vie rêvée. Ce ballet se poursuit encore et encore au son des objets qui frappent le sol, s’entrechoquent et résonnent. A force de passer les uns à côté des autres, de se frôler, ces pauvres ères finissent par se voir, par se comprendre et au milieu de la désolation, à se créer un possible ensemble. D’une étrange intensité poétique, ce spectacle initialement conçu pour la rue a probablement perdu un peu de vigueur en s’offrant à nous, installés sur des chaises, pour notre confort certes, mais créant une position de spectateur et par conséquent une distance regrettable. Si la succession de clichés figurant l’absurdité de leurs existences forme un fil conducteur qui mériterait d’être étoffé, l’image finale n’en est pas moins percutante et nous vous recommandons donc ce spectacle qui va continuer à tourner cet été. Et en l’honneur de nos chers hôtes, concluons par cette belle formule de l’auteur-compositeur-interprète italien Fabrizio De André connu pour ses textes forts sur les exclus de la société : « Des diamants, rien ne naît. Du fumier naissent les fleurs ».

Tournée en France en septembre/octobre 2014
Plus d’informations : www.kumulus.fr

Le dernier week-end du festival se clôturera sur Katastrophe, une création espagnole, A l’Ombre des Ondes, une création in situ du duo français Kristoff K.Roll, A Dance Tribute to the Art of Football, une création norvégienne, Passage désemboité, une autre création in situ d’une célèbre compagnie française, Les Apostrophés et Stand Alone Zone, le dernier spectacle d’une autre compagnie française, Système Castafiore que nous avons maintes fois applaudie en France. Et enfin, tout au long du festival, vous pourrez découvrir la dernière création de la compagnie de théâtre d’objets la voce delle cose. Encore une fois, ne manquez pas cette occasion unique de découvrir les propositions les plus variées dans des lieux d’une beauté exceptionnelle en dégustant les meilleures glaces du monde ! Buono festival, e grazie mille a Teatro a corte per tutte queste scoperte! (Bon Festival et merci beaucoup à Teatro a Corte pour toutes ces découvertes)

Angélique Lagarde

Renseignements et réservations : teatroacorte.it
(Programme du festival disponible en anglais)

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS