• Accueil
  • > Spectacles
  • > Les égarés du Chaco au Théâtre de l’Épée de Bois par Irène Sadowska Guillon

Les égarés du Chaco au Théâtre de l’Épée de Bois par Irène Sadowska Guillon

Posté par angelique lagarde le 26 septembre 2014

Les égarés du chaco

Les égarés du Chaco © Bia Mendez Pena

Les égarés du Chaco
Création franco-bolivienne d’après Laguna H3 d’Adolfo Costa du Rels
Mise en scène de Jean-Paul Wenzel
Adaptation d’Arlette Namiand
Spectacle en espagnol surtitré en français
Avec Javier Amblo, Susy Arduz, Mariana Bredow, Andres Escobar, Ariel Munoz, Antonio Peredo et Marcelo Sosa.
Au Théâtre de l’Épée de Bois jusqu’au 19 octobre
A l’ENSATT à Lyon les 4 et 5 novembre

L’épopée d’une errance

Paradoxalement c’est dans le théâtre, l’art de l’éphémère que s’incarnent les liens culturels tissés depuis bientôt un siècle entre la Bolivie et la France. C’est ce que nous démontre cette création du dramaturge et metteur en scène français Jean-Paul Wenzel et de la compagnie bolivienne Amassunu des Égarés du Chaco d’après Laguna H3 de l’écrivain franco-bolivien Adolfo Costa du Rels.

À l’origine du projet, il y a l’initiative de Marcos Malavia, auteur et metteur en scène bolivien vivant et travaillant en France et en Bolivie, fondateur en 2004 à Santa Cruz de la Sierra de l’École Nationale du Théâtre, d’inviter en 2010 Jean-Paul Wenzel pour travailler sur ses propres textes avec des élèves. À la suite de ce travail un lien s’est créé entre Jean-Paul Wenzel et les élèves de l’École qui souhaitaient partager avec lui une autre expérience. Elle sera entamée en 2011 avec un projet d’écriture collective d’une pièce. En 2012, le choix se portera sur le récit Laguna H3 d’Adolfo Costa du Rels (1891- 1980), né à Sucre d’une mère bolivienne et d’un père corse. Homme politique, à plusieurs reprises ministre et diplomate, il est auteur d’une œuvre littéraire très abondante qui, écrite en partie en espagnol et en français, incarne sa double origine culturelle. Il a reçu le Prix de la Littérature en 1974. Son œuvre Los Andes no creen en dios a été adaptée pour le cinéma en 2007. L’aventure théâtrale se renoue autour de l’œuvre de cet écrivain providentiel, franco bolivien.

Le spectacle a été créé en septembre 2013 à Santa Cruz et joué dans plusieurs villes de Bolivie, dans une adaptation traduite en espagnol d’Arlette Namiand, auteur elle-même, compagne et collaboratrice de Jean-Paul Wenzel. La création rassemble 7 comédiens, tous issus des quatre promotions de l’École Nationale de Théâtre de Santa Cruz qui ont créé à cette occasion la compagnie Amassunu.

Adolfo Costa du Rels raconte dans Laguna H3 l’épopée de l’errance de soldats boliviens qui, en pleine guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay (1932 – 1938) tombés dans une embuscade, tentent de survivre dans la forêt hostile, impénétrable. Épuisés par la faim, la soif, la peur, le désespoir, les hommes affaiblis par la fièvre, hantés par des visions, des hallucinations, se laissent gagner par la terreur, les superstitions, l’épouvante. Dans cet univers où la réalité, le surnaturel, le fantastique, le mythique et le mystique s’interpénètrent, l’auteur montre avec une extraordinaire acuité, explique Arlette Namiand « cette petite communauté d’hommes où la hiérarchie sociale, militaire, les ambitions, le pouvoir, les trahisons, la solidarité, le cynisme, l’espoir, le désespoir, le rire et les pulsions de violence redéfinissent à chaque pas, à chaque souffle, les lignes de force et de fuite ».

En modifiant, en déplaçant certaines scènes et en ajoutant un élément nouveau, dans son adaptation Arlette Namiand met l’action du roman de Costa du Rels en abîme du récit que le lieutenant Contreras en fait dans son journal intime. La lecture que sa fiancée Helena en fait ouvre le spectacle et va convoquer sur scène les protagonistes qui vont jouer les divers épisodes de leur histoire. « Dans les personnages que nous avons « prélevés » à l’auteur, précise Jean-Paul Wenzel, nous avons gardé cinq figures marquantes et théâtrales. (…) Ces cinq soldats à la recherche d’une hypothétique lagune, sont traversés de ce qui fait notre humanité dans des circonstances limites. »

Jean-Paul Wenzel recourt dans sa mise en scène aux images poétiques, métaphoriques pour transposer sur scène la dimension fantastique de l’écriture de Costa du Rels. Ainsi dans un espace dépouillé quelques signes seulement figurent la forêt. Les apparitions fantômes nocturnes, présences maléfiques, ombres qui rôdent autour des hommes et qui les habitent aussi sont transposées sur scène par les surgissements soudain, fulgurants et les disparitions d’une danseuse comédienne.

On voit rarement au théâtre une adéquation aussi juste entre la narration romanesque et sa transcription dans le langage poétique de la scène, une belle occasion de découvrir ou de redécouvrir l’œuvre d’Adolfo Costa du Rels.

Irène Sadowska Guillon

Théâtre de l’Épée de Bois
Cartoucherie
Route du Champ de Manœuvres
75012 Paris
Réservations au 01 48 08 39 74

L’adaptation française du spectacle est publié aux Solitaires Intempestifs.

Une Réponse à “Les égarés du Chaco au Théâtre de l’Épée de Bois par Irène Sadowska Guillon”

  1. GUERRA MARGOT dit :

    Sincèrement c’est un spectacle à voir et à revoir, très émouvant, excellents acteurs sur scène, on vit avec eux cet évènement passé dont personne ne parle.

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS