• Accueil
  • > Opera
  • > Und avec Natalie Dessay au Théâtre de la Ville / Les Abbesses par Marie-Laure Atinault

Und avec Natalie Dessay au Théâtre de la Ville / Les Abbesses par Marie-Laure Atinault

Posté par angelique lagarde le 11 mai 2016

UND

Und © Christophe Raynaud De Lage

Und
D’Howard Barker
Texte français de Vanasay Khamphommala
Mise en scène de Jacques Vincey
Avec Natalie Dessay et Alexandre Meyer
Au Théâtre de la Ville / Théâtre des Abbesses jusqu’au 14 mai

Und magnifié par Natalie Dessay

Artiste exigeante et inspirée, pour ses premiers pas dans le monde théâtral, Natalie Dessay n’a pas choisi la facilité avec cette œuvre de l’auteur anglais  Howard Barker. Elle est, tout simplement, sublime.

Une femme immobile, vêtue d’une robe longue, se tient au milieu d’un vaste espace. Sa robe rouge est flamboyante. Elle est coiffée d’un chignon conique comme les dresseuses de serpents de la Crète antique. Elle attend. Seule, elle attend un homme. Son mari, son mentor, son amant, son tourmenteur. Nul ne le sait. Ce retard est insupportable. Elle attend. Elle soliloque. Parfois elle lance des ordres à des domestiques invisibles. A côté d’elle, une petite table supportant une théière, une tasse. Accrochés au plafond, des blocs de glace  fondent sous l’effet de la chaleur des spots, diffusant une lumière lunaire. Le bruit des gouttes, qui tombent en un rythme incertain, crée un dialogue, une ponctuation avec la femme.

Sur le côté, le musicien Alexandre Meyer soutient le monologue, mais la dame en rouge ne le voit pas, ne le considère pas. Seule le déroulé de son attente compte. Cet homme existe-t-il ? Ce qu’elle livre est-il vrai ou faux. S’agit-il d’un rêve, d’un cauchemar ou d’une hallucination ? Finalement peu importe. Il faudrait se garder de considérer les textes de Howard Barker avec un esprit cartésien. Barker est un britannique, il se tient très droit, il vous regarde au fond des yeux lorsque vous le rencontrez. C’est un seigneur. Ce texte est hiératique, il vous regarde au fond de l’âme. Il n’y a aucune ponctuation, il faut le lire et le relire pour appréhender son essence. Vanasay Khamphommala a fait un travail admirable puisque l’on retrouve cet art du mot, du trait juste qui est l’apanage de cet auteur inclassable. Parfois le texte de la femme semble être une routine, elle redit certaines informations comme un serpent qui s’enroule doucement autour de vous et vous hypnotise pour mieux vous envoûter.

La création du spectacle Und (Et en allemand) est l’histoire d’un secret bien gardé. Depuis que Natalie Dessay avait dit qu’elle abandonnait l’Opéra, mais non la scène, elle avait exprimé le désir de jouer au théâtre. Puis, elle a fait de belles rencontres, celle du texte d’un auteur atypique dans une brillante adaptation, et celle d’un metteur en scène Jacques Vincey, un passeur de texte, un accoucheur d’émotion. Le projet a pris son temps pour se développer. Aujourd’hui il éclot et offre son lot d’émotions et d’images fortes. Il est étonnant de constater que certains semblent s’étonner que Natalie Dessay soit une aussi bonne comédienne. Ils ne l’avaient donc jamais vu à l’Opéra. Car celle, qui fut une Lucia de Lammermoor historique, une « fille du régiment » adorable ou une Zerbinette étourdissante (Ariane à Naxos) nous avait toujours enthousiasmés par son jeu. Sa diction parfaite, son élocution sonnante, ce léger frémissement de son corps portent le texte jusqu’au vertige.

Jacques Vincey à la mise en scène et Mathieu Lorry-Dupuy à la scénographie ont su composer un écrin pour ce diamant. Natalie Dessay est tout simplement sublime.

Marie Laure Atinault

Théâtre de la Ville / Théâtre des Abbesses
31, rue des abbesses
75018 Paris
Réservations au 01 42 74 22 77

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS