• Accueil
  • > Festival Avignon
  • > Le Bateau pour Lipaïa au Théâtre du petit Chien – Avignon Off – par Marie-Laure Atinault

Le Bateau pour Lipaïa au Théâtre du petit Chien – Avignon Off – par Marie-Laure Atinault

Posté par angelique lagarde le 19 juillet 2016

Le bateau pour Lipaia © Bruno Perroud

Le bateau pour Lipaia © Bruno Perroud

Le Bateau pour Lipaïa
D’Alexeï Arbuzov
Adaptation Pol Quentin
Mise en scène Jean-Pierre Hané
Avec  Geneviève Casile, Sociétaire honoraire de la Comédie-Française et Jean-François Guilliet
Au Théâtre du Petit Chien – Avignon Off – du 6 au 27 juillet à 12h25 (relâches les 12, 19 et 24)

Le Bateau pour Lipaïa ou l’embarquement pour Cythère 

Geneviève Casile et Jean-François Guilliet, nous entraînement dans leur sillage pour un voyage drôle et touchant. Ressentant le poids des ans, Alexeï Arbuzov, né à Moscou en 1908, écrit Une comédie à l’ancienne. La pièce en passant les frontières devient Le Bateau pour Lipaïa. Elle est créée à Paris par deux monstres sacrés, Edwige Feuillère et Guy Tréjean en 1977 et remporte un immense succès. Succès qui ne se démentira pas lorsque Jean Desailly, ce merveilleux comédien jouera le rôle de Rodion avec bien évidement sa femme Simone Valère. Cette pièce doit être un porte- bonheur car cette nouvelle production pleine de délicatesse enchante le public.

Le médecin-chef Rodion Nicolaïevitch a bien des soucis. Pourtant, être le médecin-chef du sanatorium était, jusqu’à l’arrivée de Lidia Vassilievna, presque une sinécure. Mais cette nouvelle pensionnaire, venue pour soigner son artériosclérose, est insupportable. Elle refuse tout autoritarisme. Elle saute par la fenêtre du  dortoir car elle ne supporte pas d’être enfermée à clef pendant la nuit. Soucieuse du bien être de ses compagnes de douleur, elle déclame des poèmes. Rodion convoque la perturbatrice. Elle se présente crânement au rendez vous avec plusieurs heures de retard. De surcroît, elle met une mauvaise volonté pour répondre au questionnaire du médecin. Aujourd’hui elle est jongleuse, danseuse, ou quoi encore mais qu’importe.

Ces deux là sont comme des aimants, ils se tournent autour, s’attirent, s’agacent. Ils se présentent au monde avec leur armure. Lui avec celle du Médecin-Chef, bougon, autoritaire. Elle, avec son élégance simple et son imagination fertile. Ils veulent cacher leur chagrin, un fils mort pour elle, une épouse morte pendant la guerre pour lui. Aujourd’hui, leur solitude leur pèse trop. Las d’attendre, elle, un mari divorcé et lui, une fille qui vit trop loin, ils adorent se tourner autour, se disputer, et pourquoi ne pas rêver d’avenir.

Parler de la vieillesse, des seniors comme on dit pudiquement dans une société où l’on a peine à nommer les choses par leurs noms, peut sembler peu distrayant. Mais dans cette pièce, on nous présente des hommes et des femmes qui ont des trésors de tendresse, de savoirs et d’amour à offrir. Il faut cesser de cloisonner notre société et les âges de la vie. Lui, le médecin bardé dans ses fonctions est interprété par Jean-François Guilliet ; la moustache frémissante d’un tambour major, il a les allures du Général Dourakine et d’un matou anglais. Geneviève Casile compose une Lidia, enjôleuse, enquiquineuse et tellement opiniâtre dans la recherche du bonheur qu’elle ferait sourire le pire neurasthénique.

Jean-Pierre Hané réalise une mise en scène aérée. La belle scénographie de Delphine Brouard nous permet de suivre Lidia et Rodion dans leur quête de l’autre dans des lieux aussi différents que le jardin du sanatorium, un bureau ou une église. Beaucoup de délicatesse, de beaux sentiments cela fait du bien même si l’on peut objecter que la pièce est un peu légère ; légère comme la brise que l’on ressent sur le bateau en partance pour Lipaïa. À moins que Lidia et Rodion n’embarquent pour l’île de Cythère, en pèlerinage au temple d’Aphrodite.

Marie Laure Atinault

Théâtre du Petit Chien
76,  rue Guillaume Puy
84000 Avignon
Réservations au 04 90 85 89 49

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS