• Accueil
  • > Festival Avignon
  • > Le Sacrifice du cheval au Théâtre du Chien qui fume – Avignon Off – par Marie-Laure Atinault

Le Sacrifice du cheval au Théâtre du Chien qui fume – Avignon Off – par Marie-Laure Atinault

Posté par angelique lagarde le 25 juillet 2016

Le sacrifice du cheval © Label Cie

Le sacrifice du cheval © Label Cie

Le Sacrifice du cheval
De Michaël Cohen
Mise en scène de Tristan Petitgirard
Avec Frédéric Andrau, Jérémy Bardeau, Benjamin Boyer, Marine Montaut, Fannie Outeiro, Barbara Tissier et à l’orgue de cristal Michel Deneuve
Au Théâtre du Chien qui fume – Avignon Off – du 7 au 30 juillet à 12h35 (relâches les 12, 19 et 26)

Un sacrifice pour se sauver ou se perdre ?

La réponse évidente est que Frédéric Andrau est un grand comédien. Dans des civilisations anciennes, il était de coutume de mener au milieu du fleuve un cheval et de le sacrifier pour sauver la tribu. De tous temps et sur toutes les latitudes, on retrouve le rite sacrificiel, dans Le Sacrifice du cheval, Michaël Cohen sacrifie un de ses personnages pour la survie des autres.

Jean n’en peut plus. Il est exaspéré ! Tout l’irrite, le heurte, l’énerve. Insupportable. Le bruit que fait sa compagne Clara est Insupportable. Sa respiration, le bruit des pages qu’elle tourne, tout lui est odieux. Elle souffre et tente de comprendre. Autre objet de son agacement : Marc, toujours en retard, toujours chômeur. Un bon gars. Marc est le frère de Clara et il va venir vivre dans l’appartement de Jean. Comme sa sœur et son frère, ils vivent tous à ses crochets.

La situation économique est difficile. Et puis surtout il y a cette crise terrible autour de l’eau contaminée. On ne peut ne plus boire l’eau du robinet. Marc arrive un jour avec une blonde au short trop court. Elle est sexy en diable. Marc est amoureux. Ils viennent vivre chez Jean. Ce qui doit arriver arrive, et la pièce qui aurait pu être une simple comédie, dérape vers le drame.

Pièce étrange que celle que nous livre Michaël Cohen. Elle clôt une trilogie entamée avec Les Abîmés, suivie par Le soleil est rare (et le bonheur aussi). Les thèmes de la solitude et de la difficulté de vivre s’y retrouvent. Dans ce dernier opus, Le Sacrifice du cheval, Jean crie son désespoir. Son exaspération est le fruit d’une société malade, d’un monde qui ne sait pas gérer l’essentiel. Sa révolte, sa fatigue de tout devoir porter et supporter pour les autres, deviennent des indicateurs inquiétants pour son entourage. On se perd un peu dans les thèmes, est-ce une comédie dramatique sur l’usure du couple, une allégorie sur l’avenir, une alarme écologique, une fable ? Mais l’on sait très vite que quelqu’un doit mourir. La mort est inéluctable. Elle est suspendue comme la goutte d’eau qui est suspendue au robinet qui fuit et qui va tomber.

Tristan Petitgirard aime à souligner que l’écriture de Michaël Cohen est musicale. Pour cette pièce chorale, il a demandé à Frédéric Andrau, d’en être le chef d’orchestre. En jouant Jean, il polarise sur lui toutes les frustrations des autres. Frédéric Andrau joue dans un nouveau registre, il compose un homme fâché contre lui-même. Changeant sa voix, sa gestuelle, il compose cet homme en colère, surfant sur une palette qu’il n’avait pas encore utilisé. C’est un grand comédien qui aime les défis.

Dans sa mise en scène simple et fluide, Tristan Petitgirard fait confiance à ses interprètes et il a bien raison. En revanche, les intermèdes dansés dans un style un peu déconcertant sont trop longs, même si les projections vidéo ne sont pas inintéressantes. Nous avons dit que la pièce était une œuvre chorale, la partie musicale est jouée en direct par Michel Deneuve sur son orgue de cristal. Le Cristal Baschet distille des sons cristallins, des murmures comme ceux de l’eau qui ruisselle. Poétique et élégiaque, cette musique nous emmène dans une autre dimension.

Marie Laure Atinault

Théâtre du Chien qui fume
75, rue des teinturiers
84000 Avignon
Réservations au 04 90 85 25 87

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS