Retour sur la FIAC 2016 par Angélique Lagarde

Posté par angelique lagarde le 29 octobre 2016

Not Vital, HEAD, 2014, Galerie Thaddaeus Ropac © Angélique Lagarde

Not Vital, HEAD, 2014, Galerie Thaddaeus Ropac © Angélique Lagarde

FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain)
Du 20 au 23 octobre
Grand palais- Petit Palais et Hors les murs

Une grande bouffée d’art contemporain

La 43ème édition de la FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain) s’est tenue du 20 au 23 octobre dernier, avec un accent particulier sur les propositions Hors les murs et grande nouveauté, un festival de performances ! Les collectionneurs du monde entier n’auraient manqué pour rien au monde ce rendez-vous d’exception avec l’art contemporain, et la participation s’est révélée au-delà des attentes des galeristes, inquiets aux vues du contexte actuel, avec un chiffre record de 72 080 entrées. Sous l’impulsion de sa directrice Jennifer Flay, cet incontournable du paysage culturel parisien a encore une fois fait montre de sa capacité à toujours se renouveler pour intéresser un plus large public. Nous nous réjouissons notamment de ce nouveau temps fort dédié aux croisements avec les arts vivants, Parades for FIAC qui inscrit l’événement dans une démarche d’ouverture et de dynamisme.

Au regard des retours sur les précédentes éditions, la décision a été prise de recentrer l’événement autour du Grand Palais avec notamment, en mémoire de l’exposition universelle, la piétonnisation de l’avenue Winston Churchill et surtout la présentation d’une quarantaine d’œuvres de grandes dimensions avec l’ouverture du secteur On site au Petit Palais. Nous avons notamment eu l’opportunité d’y apprécier des œuvres peu montrées comme L’astronaute qui dirige la mer de Jan Fabre, ou encore des propositions qui faisaient sens in situ comme le Rêve éveillé de Noël Dolla. Notre attention a particulièrement été retenue par la  version de HEAD de Not Vital : deux formes oblongues en acier chromé qui se faisaient les visages de cette aire où artistes et visiteurs se reflétèrent face aux portes du Grand Palais, temple de l’art contemporain pour quelques jours.

Les injonctions paradoxales

Vincent Mauger, Les injonctions paradoxales, 2016, Galerie Bertrand Grimont © Angélique Lagarde

Le cœur des réjouissances bien entendu se trouvait au Grand Palais avec pas moins de 186 galeries au rendez-vous (15 de plus que l’année dernière) dont les plus grandes maisons de renom international telles que Larry Gagosian, Thaddeus Ropac. Daniel Templon, Emmanuel Perrotin… Cette année, une place de choix fut réservée à l’art moderne, avec entre autres, un nombre important de pièces de Picasso, Miró, Calder et Dubuffet. Le Grand Palais fut aussi le lieu du renouveau avec notamment, depuis 2009, le secteur Lafayette consacré aux galeries émergentes, avec cette année 10 galeries venues de 7 pays différents, et  la présence du FMAC (Fond Municipal d’Art Contemporain) qui nous a permis de découvrir les œuvres des 24 artistes qui ont rejoint la collection en 2016.

Cette année, le Grand Palais a « poussé » un peu ses murs par l’exploitation du salon Jean Perrin, mais aussi, et surtout, l’ouverture des portes du Salon d’Honneur vers le Palais de la découverte où nous avons eu la chance d’assister à la superbe performance de Laurent Derobert, Umbrarum Mathematica. dans la cadre du nouveau festival, Parades for FIAC. Confortablement installés au cœur du Planétarium, nous avons vécu un moment d’une poésie inouïe, orchestré par l’astronome Denis Savoie, et Laurent Derobert, concepteur des mathématiques existentielles, discipline qui tend tout simplement à résoudre poétiquement l’équation de nos vies.

Ugo Rondinone, Place Vendôme

Ugo Rondinone, Place Vendôme, 2016 © Angélique Lagarde

La FIAC, comme a l’accoutumé, invitait également à la déambulation avec sa programmation Hors les murs, au Musée Eugène Delacroix, au Louvre, dans les jardins des tuileries et sur la Place Vendôme. Notre promenade nous a amenés à rencontrer notamment les œuvres de Ron Arad,  Eric Baudart, Berdaguer & Péjus et Noël Dolla encore une fois. L’architecture également a été questionnée à travers Jean Prouvé et Jean Nouvel. Notre regard s’est porté tout particulièrement sur l’œuvre de Vincent Mauger, Les injonctions paradoxales qui s’inscrivait parfaitement dans le paysage et déployait avec force sa double dimension, inquiétante comme une arme et réconfortante comme un halo d’énergie organique. Nous avons eu de surcroît le plaisir d’en écouter la présentation par un jeune médiateur de l’École du Louvre, particulièrement enclin à nous transmettre la démarche de l’artiste, en dépit des intempéries ! Notre ballade s’est achevée sur les majestueuses sculptures d’Ugo Rondinone sur la place Vendôme. D’une part, de monumentaux statuaires nous scrutaient de leurs figures ancestrales, tandis que d’autre part, des oliviers recouverts de blanc illuminaient le ciel d’automne.

Grâce à son nouveau secteur On site, à sa programmation Hors les Murs, et au festival Parades for FIAC, cette 43ème édition a soufflée une grande bouffée d’art contemporain sur la capitale ! En attendant l’année prochaine, les œuvres étant visibles jusqu’à mi-novembre, nous vous recommandons fortement la ballade Place Vendôme !

Angélique Lagarde
Plus d’informations : www.fiac.com
L’édition 2017 se tiendra du 19 au 22 octobre 2017.

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS