• Accueil
  • > Festival Avignon
  • > Le Mahâbhârata, cie Jeux de Vilains au Festival Villeneuve en Scène par Angélique Lagarde

Le Mahâbhârata, cie Jeux de Vilains au Festival Villeneuve en Scène par Angélique Lagarde

Posté par angelique lagarde le 22 juillet 2017

Le Mahâbhârata © cie Jeux de Vilains

Le Mahâbhârata © cie Jeux de Vilains

Le Mahâbhârata
Compagnie Jeux de Vilains
Avec Cécile Hurbaut, Grégo Renault, Arnaud Halet, Christophe Barre, Jean-Damien Besson, Aurélie Carré, Antoine Chamballu, Olivier Courtemanche, Jessica Daniel, Jean Desaire, Frédéric Dupont, Celia Huet, Estelle Micheau, Ronan Ruelloux, Dany Thébaut et Xavier Vochelle
Au Festival Villeneuve en Scène du 10 au 22 juillet (relâche le 14) à 21h

Une soirée javanaise

Plus qu’à un spectacle, c’est à un voyage que nous convie la compagnie Jeux de Vilains avec son Mahâbhârata. Au cloître de la collégiale, au cœur de la ville de Villeneuve lez Avignon, nous avons la chance incroyable de vivre une soirée indonésienne et d’assister à une véritable représentation de Wayang Kulit (marionnettes de cuir) comme sur une plage javanaise avec un orchestre de gamelan, ensemble d’instruments à percussion, et la possibilité de regarder le spectacle devant comme derrière la scène. Pour nous, spectateurs occidentaux, c’est tout simplement magique !

Nous entrons dans le cloître et se présente à nous un parterre d’une quinzaine de musiciens prêts à jouer des percussions sur des instruments différents, de bois et de cuivre, tous plus beaux les uns que les autres. Ils sont assis face à un écran blanc et le choix nous est offert de nous installer autour, derrière eux ou encore de l’autre côté de l’écran. Chacun prend place et la narratrice de nous expliquer que nous sommes libres au cours de la représentation, de déambuler et de choisir une autre place, de porter un autre regard sur le spectacle, de non seulement le regarder mais le traverser au gré de nos envies. Cette liberté, peu coutumière des spectateurs occidentaux, est très excitante !

La représentation s’ouvre sur un court documentaire présentant l’art du Wayang Kulit, théâtre d’ombre indonésien avec des marionnettes de cuir, et Widodo Wilis, le maître qui a transmis son savoir à la compagnie. Ce documentaire est complété par l’exposition Carnet de voyages en Asie qui retrace le voyage de la compagnie. Présentée sur les murs du cloître, à nouveau, nous sommes libres d’aller voir l’exposition au cours de la représentation.

Le Mahâbhârata © cie Jeux de Vilains

Le Mahâbhârata © cie Jeux de Vilains

Le spectacle commence ! Le Mahâbhârata est l’un des récits les plus longs et les plus anciens de l’humanité, texte épique, fondateur de l’hindouisme, il retrace l’histoire de deux branches d’une famille se livrant une guerre sans merci. La pièce relate ici le conflit originel qui a mené à cette guerre. Sont invoqués les membres principaux de la famille et les dieux qui ne cessent d’inter-agirent avec les hommes. La dimension rituelle et sacrée d’une représentation de Wayang Kulit répond parfaitement aux thèmes du Mahâbhârata. Libre au spectateur de suivre « l’histoire » et de tâcher d’en percevoir les tenants et aboutissants ou simplement de se laisser porter par la musicalité et la magie des images qu’offrent ce moment hors du commun.

Les marionnettes de cuir sont manipulées en Indonésie par le Dalang, bien plus qu’un manipulateur, il est un passeur entre les mondes des vivants et des morts, un être quasi sacré qui impose le respect dans l’assistance. Cécile Hurbault prend ce rôle très au sérieux et il nous faut saluer son incroyable dextérité, non seulement à manipuler les figures de cuir, mais aussi à donner voix aux nombreux protagonistes. Elle n’oublie pas non plus de mettre en relief les petites touches d’humour qui font du Mahâbhârata un texte vivant qui ne s’écoute pas comme un récit mais se vit comme une épopée fantastique !

Il est très intéressant de passer d’un côté et de l’autre de l’écran. Le théâtre d’ombre que projettent les silhouettes de cuir nous permet de suivre l’histoire et d’admirer la dextérité de l’interprète, tandis que la pérégrination autour des musiciens nous fait voyager dans l’espace et le temps. Merci à la compagnie Jeux de vilains pour cette soirée exceptionnelle !

Angélique Lagarde

Festival Villeneuve en Scène
Plaine de l’Abbaye
30400 Villeneuve lez Avignon
Réservations au 04 32 75 15 95

Site du spectacle pour consulter les dates de tournée à venir : www.jeuxdevilains.com

Une Réponse à “Le Mahâbhârata, cie Jeux de Vilains au Festival Villeneuve en Scène par Angélique Lagarde”

  1. PhilippeC dit :

    Je suis bien d’accord : nous avons la chance de vivre une soirée javanaise à Villeneuve lez Avignon.
    Nous assistons à une représentation de Wayang Kulit en français et c’est surtout l’orchestre de gamelan qui attire notre regard, ils sont douze percussionnistes, jouent bien ensemble et les instruments sont magnifiques. Ils occupent l’ensemble de ce petit cloître, sous la conduite de la conteuse-marionnettiste qui nous propose de faire ce que l’on veut : regarder le spectacle devant la scène, bouger, dormir, être avec les musiciens… C’est juste magique !

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS