• Accueil
  • > Recherche : sacrifice du cheval avignon

Résultats de votre recherche

Le Sacrifice du cheval au Théâtre du Chien qui fume – Avignon Off – par Marie-Laure Atinault

Posté par angelique lagarde le 25 juillet 2016

Le sacrifice du cheval © Label Cie

Le sacrifice du cheval © Label Cie

Le Sacrifice du cheval
De Michaël Cohen
Mise en scène de Tristan Petitgirard
Avec Frédéric Andrau, Jérémy Bardeau, Benjamin Boyer, Marine Montaut, Fannie Outeiro, Barbara Tissier et à l’orgue de cristal Michel Deneuve
Au Théâtre du Chien qui fume – Avignon Off – du 7 au 30 juillet à 12h35 (relâches les 12, 19 et 26)

Un sacrifice pour se sauver ou se perdre ?

La réponse évidente est que Frédéric Andrau est un grand comédien. Dans des civilisations anciennes, il était de coutume de mener au milieu du fleuve un cheval et de le sacrifier pour sauver la tribu. De tous temps et sur toutes les latitudes, on retrouve le rite sacrificiel, dans Le Sacrifice du cheval, Michaël Cohen sacrifie un de ses personnages pour la survie des autres.

Lire la suite… »

Publié dans Festival Avignon, Festivals, Spectacles, Théâtre | Commentaires fermés

Les oiseaux d’Aristophane – Mise en scène d’Alfredo Arias à la Comédie Française par Irène Sadowska Guillon

Posté par angelique lagarde le 21 avril 2010

lesoiseaux0369.jpg

Les Oiseaux d’Aristophane © Brigitte Enguérand
Les oiseaux d’Aristophane
Traduction, adaptation, mise en scène Alfredo Arias
Entrée au répertoire de la Comédie Française

Scénographie Roberto Plate
Musique originale Bruno Coulais
Avec Catherine Salviat, Catherine Hiegel, Martine Chevallier, Alain Lenglet, Céline Samie, Loïc Corbery, Nicolas Lormeau, Shahrokh Moshkin Ghalam, Hervé Pierre et les élèves comédiens de la Comédie-Française.
Comédie-Française – Salle Richelieu du 10 avril aux 18 juillet 2010 en alternance

Une féérie politique

Pour sa première mise en scène à la Comédie Française, salle Richelieu, Alfredo Arias se retrouve, avec Les oiseaux d’Aristophane, sur son terrain de prédilection de la comédie féerique, poétique et politique. Il a choisi une fable sur la fondation d’une utopie, d’une nouvelle cité qu’il met en abîme du théâtre, en l’occurrence de la Comédie Française, pour interroger, à travers la métaphore de la société des oiseaux comédiens, les tentatives d’imaginer aujourd’hui différemment les rapports entre le pouvoir et le peuple.

Lire la suite… »

Publié dans Spectacles, Théâtre | Commentaires fermés

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS